Les maisons de chambres dans le centre-ouest d'Ottawa obtiennent encore une mauvaise note en 2017.

December 4, 2017

 

 

 

 

 

 

 

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Les maisons de chambres dans le centre-ouest d'Ottawa obtiennent encore une mauvaise note en 2017.

Le nouveau bulletin salue l'engagement de la Ville à revoir le règlement sur l'attribution de permis pour les maisons de chambres, cependant le constat demeure qu’il arrive souvent que les maisons de chambres ne respectent pas les normes minimales de sécurité, d'abordabilité et d'entretien.

Ottawa, le 4 Décembre 2017 – De nouvelles données montrent que 73% des résidents des maisons de chambres d'Ottawa ont entre un et trois troubles de santé mentale concomitants. De plus, 55% ont entre 50 et 60 ans. Ces données proviennent de la publication du bulletin 2017 sur les maisons de chambres de deux centres de santé communautaires: Somerset Ouest et Centre-ville.

Le bulletin « Améliorer la santé et le logement à Ottawa: Le point sur les maisons de chambres dans le centre-ouest d’Ottawa » fait suite au rapport de 2016 selon lequel les maisons de chambres dans le centre-ouest d'Ottawa ne répondent pas aux normes minimales de sécurité, d'abordabilité et d’entretien.

Les locataires ont signalé des infestations de rongeurs et de parasites, de la moisissure, des tuyaux et câbles électriques exposés, ainsi qu’une absence de chauffage pendant de longues périodes en hiver. Ces résultats complémentaires soulignent une fois de plus le besoin critique d'améliorer les conditions de vie dans les maisons de chambres.

À la suite du rapport de l'année dernière, les Services des règlements de la Ville d'Ottawa se sont engagés à examiner le Règlement sur les permis, particulièrement en ce qui concerne les maisons de chambres et les conversions de maisons privées. Un rapport contenant des recommandations sera présenté au Comité des services communautaires et de protection et au Conseil au début de 2018.

Les maisons de chambres jouent un rôle important, mais souvent sous-estimé dans l’offre de logements abordables de nos quartiers. Vu le coût élevé du logement, qui bloque l’accès pour une grande tranche de la population à la plupart des options offertes sur le marché, les maisons de chambres offrent une option salvatrice à des personnes qui, autrement, vivraient dans la rue ou dans les refuges bondés d’Ottawa.

Le nouveau rapport demande à la Ville d'Ottawa, aux locateurs et au gouvernement de l'Ontario de prendre des mesures immédiates pour améliorer les conditions de vie dans les maisons de chambres.

  • Propriétaires:
  1. Veiller au respect du Code de prévention des incendies et des principales normes de biens-fonds.
  2. Assigner un concierge ou un gestionnaire immobilier facilement joignable pour voir à l’entretien et régler les problèmes sur place.
  • Ville d’Ottawa:
  1. Assigner un agent des règlements pour assurer le respect des normes de biens-fonds et des dispositions du Code de prévention des incendies, conformément aux ententes annuelles de délivrance de permis.
  2. Créer un système public et accessible de gestion des plaintes pour aider les locataires à formuler des plaintes – ou pour aider des tiers approuvés à le faire en leur nom, si les locataires n’ont pas de téléphone – et à obtenir des réponses fiables et rapides.
  3. Fournir les ressources nécessaires pour résoudre les problèmes d’infestation de rongeurs et de parasites dans les maisons de chambres.
  • Gouvernement de l’Ontario:
  1. Mettre en œuvre des mesures de contrôle des loyers pour les maisons de chambres.
  2. Offrir des programmes de supplément au loyer pour réduire l’écart entre les tarifs du programme Ontario au travail et le coût des logements locatifs

Pour fixer une entrevue, veuillez communiquer avec :  Oriana Ngabirano, Agente de communication, Centre de santé communautaire du Centre-ville. 613-233-4443, poste 2496. ongabirano@centretownchc.org


Disponible pour des entrevues:

 

Alexandra Milosevic

Français & Anglais

Aleksandra travaille en tant qu’agent de développement communautaire bilingue au Centre de santé communautaire du Centre-ville depuis 14 ans. Aleksandra est titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en travail social de l'École de travail social de l'Université Carleton. Aleksandra est une ardente défenseuse de la pratique du développement communautaire et de la santé communautaire. Au cours de ses années au CCHC et au sein de la Coalition des centres de santé et de ressources communautaires, Aleksandra a travaillé sur des questions de réduction de la pauvreté, de logement sûr et abordable, de participation civique et de sentiment d'appartenance. En tant que membre du comité consultatif des maisons de chambres, Aleksandra a appuyé l'élaboration d'une stratégie globale de défense des maisons de chambres et la promotion de l'équité en santé pour les résidents des maisons de chambres.

           

Joanna Binch

Anglais

Joanna est infirmière praticienne au Centre de santé communautaire Somerset Ouest. Joanna a découvert un intérêt pour l’itinérance lorsqu’elle fut engagée comme la première infirmière à Inner City Health. En complétant une maîtrise sur l’adhésion aux médicaments dans le système des refuges, Joanna a constaté l’impact majeur de l’environnement sur la santé des personnes itinérantes et des personnes sans logement stable. Dans le cadre de son travail au Centre de santé Somerset Ouest depuis 10 ans, Joanna offre des soins de santé à la clinique sans rendez-vous, qui est ouverte aux gens qui n’ont pas de carte santé. Elle fait aussi du travail d’approche dans les maisons de chambre, tient une clinique de soins médicaux primaires pour les gens qui souffrent du VIH et de l’hépatite C, et une clinique POSPH pour ceux qui n’ont pas de fournisseur de soins de santé primaires. Joanna tient à sensibiliser la communauté au fait que les maisons de chambres sont souvent une forme d’itinérance invisible.

 

Kristen Holinsky

Anglais

Kristen Holinsky est la directrice exécutive de l'Alliance pour mettre fin à l'itinérance Ottawa, un organisme à but non lucratif qui travaille en partenariat avec ses membres et partenaires pour inspirer l'action, générer des connaissances et informer un effort communautaire pour mettre fin à l'itinérance à Ottawa. Avant de se joindre à l'Alliance, Kristen a travaillé à titre de directrice des programmes et des initiatives stratégiques auprès de l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine, un organisme national à but non lucratif qui défend les questions de logement abordable. Avec un vif intérêt pour le développement communautaire local, Kristen a fait du bénévolat auprès du Club Kiwanis d'Ottawa et du Comité des résidents de la Basse-Ville de l'Est et siège actuellement au conseil d'administration de Maison Interval d’Ottawa.

 

Natasha Dharshi

Anglais

Natasha est chargée des dossiers de maison de chambre chez au Centre Ottawa Booth. Natasha est titulaire d'un baccalauréat ès sciences spécialisé en psychologie de l'Université de l'Alberta et d'une maîtrise en sciences cognitives de l'Université Carleton. Son expérience de sept ans auprès des populations ostracisées et ayant des besoins spéciaux dans les systèmes correctionnels et de réadaptation lui a permis d'engager et de soutenir un large éventail de personnes qui ont souffert de problèmes de santé mentale et ont souffert de toxicomanie et de dépendance. Natasha se spécialise dans l'élaboration de programmes psychoéducatifs et possède une expertise dans la formation en santé mentale, la thérapie individuelle et de groupe et la gestion de cas résidentiels et institutionnels. En tant que défenseur de la santé mentale, Natasha est continuellement inspirée à travailler dans l'intérêt des populations marginalisées qui se retrouvent sans voix dans de nombreuses situations.